Archives pour la catégorie LE RISQUE EN ENTREPRISE

VIVEZ D’AIR PUR !!!

Image de prévisualisation YouTube

YOUPPIIII C’EST l’ETE !!!

Image de prévisualisation YouTube

Bonjour,

Et oui c’est l’été et les vacances qui vont avec Youpiiiiiiii, alors voici quelques petits conseils pour que celles-ci se passent sans encombre.

Coupures, égratignures, bleus et bosses, le jardin est le lieu des petits accidents liés à une activité  physique ou manuelle. Il s’agit souvent de petits bobos ou de blessures bénignes. Mais certains accidents peuvent être très graves.

Barbecue:  Le danger principal reste lié à son utilisation en particulier lorsque, pour réactiver le feu, certains n’hésitent pas à utiliser de l’alcool à brûler. Ce geste est à proscrire car il peut occasionner de graves brûlures (voir vidéo). Ce sont les vapeurs qui brûlent en 1er pas le liquide ..!!!!!! Les enfants d’un à cinq ans sont les plus exposés parce que leur taille à cet âge correspond à la hauteur du foyer. En outre cet appareil doit être bien stable pour éviter les risques de renversement. De même, ne pas l’ installez  trop près de la maison ou de toute construction ou arbuste.

Image de prévisualisation YouTube

Piscine: Autre lieu de dangers. Le nombre d’enfants, en majorité de moins de cinq ans, victime de noyade augmente chaque année. Un défaut de surveillance est souvent à l’origine du drame. Alors rappelez-vous:

Poser une clôture pour éviter qu’un enfant accède au bassin sans la présence d’un adulte. Elle doit s’élever à 1m20 au minimum et la porte doit être munie d’un loquet de sécurité. Faîtes porter des brassards de flottaison ou utiliser une bouée. Enfin, surveiller en permanence les enfants une fois qu’ils ont mis le pied dans l’eau. La meilleurs prévention est de leur apprendre à nager le plus tôt possible.

Guêpes et frelons:   Les piqures de guêpes ou de frelons peuvent avoir de graves conséquences, surtout en cas de piqures multiples ou si l’on a avalé un insecte. Il faut se méfier lorsque l’on déjeune dans le jardin. Une guêpe, surtout attirée par les aliments sucrés, peut tomber dans le verre, dans la bouteille ou dans l’assiette. Si un nid se trouve à proximité de la maison, il est préférable de le détruire avec l’aide d’ un professionnel.

Mais les adultes sont aussi touchés par les accidents. Ainsi on relève de nombreux cas de coupures plus ou moins graves, voire de membres sectionnés par les outils de jardinage. Notamment la tronçonneuse, le taille haies ou la tondeuse à gazon. Attention à la lame qui, sur certaines tondeuses, peut se réamorcer sur un simple mouvement de rotation ou lorsque l’on retire l’herbe qui bloque son fonctionnement.

Plage:  Attention au soleil, mettez de la crème solaire avec un indice satisfaisant. Ayez toujours à vue les enfants, qu’ils se baignent ou non.

Morsure de serpent:  Après une morsure de vipère, la meilleure conduite à tenir, si l’on a rien sur soi, est d’asseoir la personne, l’aider à rester calme, appeler le 15, 18 ou 112. Ne pas bouger la victime en attendant les secours. Il existe en vente dans les pharmacies des « aspi venin » qu’il est sage de se procurer au cas ou….

Enfin, pour toute la famille attention aux champignons et aux plantes toxiques qui poussent dans le jardin ou dans la campagne alentour. Certains sont de véritables poisons.

SUR LA PLAGE

Si vous repérez une personne en difficulté dans l’eau, gardez votre sang froid et…pas de panique.

Ne jouez pas les héros:  Vous risqueriez de mettre votre vie en danger. Une  personne en train de se noyer panique et se débat vigoureusement dans l’eau. Elle vous ferait couler en s’agrippant à vous. Envoyer plutôt un baigneur prévenir le poste de secours de la plage. Pendant ce temps, ne quittez pas la personne des yeux et trouvez des repères (rocher, digue,…). De cette façon, vous pourrez indiquer aux sauveteurs la zone où se trouve le baigneur en difficulté.

Et si je suis tout seul ? – Souvenez-vous, la priorité des priorités c’est de garder une trace de l’endroit où se trouve la personne à secourir. Il suffit de se fabriquer un repère donnant une indication de direction avec votre serviette de plage, un tee-shirt, voire une grande flèche dessinée dans le sable. Gardez aussi en tête un repère visuel (rocher, falaise, digue….) et courrez chercher les secours. Si vous ne laissez pas de trace, les sauveteurs ne sauront pas ou chercher le baigneur qui aura peut-être coulé entre temps.

Les numéros d’urgence -  n° de tel: 17 (police), 18 (pompier), 15 (SAMU) 112 (urgences valable dans toute l’Europe). En cas de problème sur un bateau lancer un message de détresse sur le canal 16 de la radio VHF ou appelez le 16 16 (numéro du Cross)

Voilà, ce ne sont là que de petits conseils généraux il y en a d’autres bien évidement, mais en attendant bonnes vacances, soyez prudents……………….et profitez en un max…!!!!!!!!!!!!!! Cool

Bruno

LES BRULURES

LES BRULURES

Conduite à tenir

(source assurance maladie)

Qu’est-ce qu’une brûlure cutanée ?

Une brûlure cutanée est la destruction de la peau par une agression le plus souvent thermique :

-          Par contact avec une source de chaleur importante (flammes, braises, fer chaud, liquide ou vapeur brûlants…) ;

-          Par rayonnement ultra-violet (coup de soleil) ou ionisant (lors d’une radiothérapie).

Hormis la peau, la plus souvent touchée, les muqueuses digestives (bouche, œsophage, estomac) peuvent également être le siège de brûlures graves.

Comment évaluer la gravité d’une brûlure de la peau ?

La gravité d’une brûlure cutanée dépend à la fois de sa profondeur et de son étendue.

D’autres facteurs sont également à prendre en compte :

-          l’âge : une brûlure de la peau est plus grave lorsqu’elle survient chez l’enfant de moins de 5 ans, chez l’adulte de plus de 60 ans ;

Les brûlures

Comment évaluer la profondeur de la brûlure cutanée ?

La profondeur d’une brûlure s’évalue sur l’aspect de la peau et de ses lésions.

1er degré

La peau brûlée est rouge, sèche et douloureuse, sans cloque. C’est, par exemple, le e coup de soleil superficiel.

2ème degré 

La peau brûlée est gonflée, rouge, suintante et couverte de cloques contenant du liquide clair. Les lésions sont très douloureuses.

3ème degré

Une plaie brune ou noire est présente sur la peau, en creux par rapport aux tissus voisins qui sont gonflés (œdème). Il n’y a pas de cloque.

Comment évaluer l’étendue de la brûlure cutanée ?

L’étendue de la brûlure est estimée en pourcentage de la surface corporelle.

La surface de peau brûlée est calculée selon les surfaces du corps réparties ainsi :

Chez l’adulte :

  • La tête et le cou représentent 9 % de la surface corporelle ;
  • La face antérieure du tronc : 18 % ;
  • La face postérieure du tronc : 18 % ;
  • Un membre inférieur : 18 % ;
  • Un membre supérieur : 9 % ;
  • Les organes génitaux externes : 1 %

surface-corporelle-adulte-592px

Le calcul de surface cutanée brûlée peut être fait avec un autre élément de référence : la paume de la main DE LA VICTIME qui représente 1 % de la surface corporelle. La surface brûlée est calculée par l’addition des surfaces de la paume de la main. Si la surface dépasse la grandeur de la main, c’est une brûlure considérée comme grave, tout comme une brulure située au niveau du cou, de la bouche ou des voies respiratoires.

Chez l’enfant, la surface de peau brûlée est calculée différemment car la surface de la tête est proportionnellement plus importante que chez l’adulte.

surface-corporelle-enfant-592px

Que faire en cas de brûlure de la peau ?

EVITEZ les remèdes de grand-mère !!!! qui risques d’aggraver la situation.

Face à une personne brûlée, agir sans retard

En cas de brûlure cutanée, vous devez immédiatement :

Soustraire la personne brûlée à la source de chaleur et sécuriser l’environnement :

-          Eloigner la personne de la source de chaleur,

-          S’il y a un incendie, appelez le 18 (pompiers) ou le 112 depuis un téléphone fixe ou d’un téléphone mobile,

-          Recouvrir la victime d’une couverture ou d’un vêtement en tissu non synthétique et L’empêcher de courir si ses habits ont pris feu,

-          Eteindre les flammes avec une couverture anti-feu ou des habits en fibre naturelle (coton, laine, lin…) et surtout pas en fibre synthétique (nylon, polyester, viscose…) ;

Evaluer la gravité de la brûlure cutanée et faire les premiers gestes de soins :

-          Enlever les vêtements brûlés, sauf s’ils collent à la peau (fibres synthétiques). Si la brûlure est chimique, n’ôtez pas le vêtement : découpez-le autour de la brûlure et Retirez les bijoux,

-          Règle des 15 : Faire couler de l’eau sur la brûlure à 15° environ, à 15 cm, si elle est peu étendue, pendant au moins 15 minutes ou tant que la brûlure est douloureuse. Arrêtez en cas de sensation de froid ou de malaise. N’appliquez pas ce refroidissement chez les grands brûlés car ils souffrent vite d’une chute de température corporelle,

-          Couvrir la zone brûlée d’un linge propre et sec en coton,

-          Couvrir la personne pour éviter les chocs de température et ne lui donner ni à boire ni à manger,

-          Si la brûlure atteint 10 % de la surface du corps, allonger la personne pour éviter un état de choc immédiat.

Appeler les secours médicaux si nécessaire : appeler le 15 depuis un téléphone fixe ou le 112 depuis un téléphone mobile si la brûlure est grave selon les critères définis ;

Eviter d’appliquer de la crème, de la pommade et encore moins n’importe quelle substance sur la brûlure (beurre, huile…) ;

Ne pas utiliser de glace ou d’eau glacée qui pourraient encore plus abîmer la peau.

Brûlures de la peau : quand appeler les urgences ?

Appelez le 15 ou le 112 depuis un téléphone fixe ou d’un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit (appel gratuit) si la brûlure cutanée présente les critères de gravité suivants :

La brûlure de la peau concerne :

-          Un nourrisson ou un enfant de moins de 5 ans ;

-          Un enfant de plus de 5 ans chez lequel la brûlure atteint plus de 5 % de la surface corporelle ;

-          Un adulte chez lequel la brûlure atteint plus de 10 % de la surface corporelle ;

-          Une personne âgée, car les brûlures sont souvent graves du fait de pathologies associées et du risque de déshydratation lorsque la brûlure atteint 5 % de la surface corporelle ;

La brûlure touche le visage (atteinte respiratoire associée, atteinte des yeux…) les mains, le cou, le périnée ;

La brûlure cutanée est profonde (3ème degré), quelle que soit sa surface ;

La brûlure est du 2ème degré, mais elle concerne plus de 10 % du corps d’un adulte ;

La brûlure est électrique ou chimique ;

La brûlure est survenue lors d’une explosion, d’un accident de la voie publique ou d’un incendie en lieu clos (risque d’intoxication au monoxyde de carbone).

Bien informer les secours facilite leur intervention rapide. Quand vous appelez les services médicaux d’urgence, essayez de respecter les règles suivantes :

-          Parlez calmement et distinctement ;

-          Donnez votre numéro de téléphone, votre nom et celui de la personne brûlée à secourir ;

-          Indiquez l’adresse exacte (étage, code d’accès, etc.) ;

-          Décrivez le plus précisément possible les signes qui vous ont alerté ;

-          Ne raccrochez pas avant que votre interlocuteur ne vous le demande.

Voila suivez ces quelques conseils et tout se passera bien en sachant que le mieux est d’éviter de se brûler et pour ça, je vous recommande de vous reporter au sujet « conseils pour éviter les brûlures ?? » (archives janvier 2011) sur ce même blog.

Bruno

EXTINCTEUR, COMMENT CA MARCHE ???

Image de prévisualisation YouTube

Tout le monde devrait être équipé d’un moyen d’extinction pour assurer sa sécurité au sein de l’habitat familial, ou, pour les moins manuels….avoir une boule automatique extinctrice ELIDE-FIRE. Voir l’article à ce sujet.

Bruno

SAUV LIFE

SAUV LIFE

SAUV LIFE 1.jpg

Les accidents cardiaques sont une des premières causes de mortalité en France. Pour réduire le nombre de morts, il faut agir rapidement. Il faut, au plus vite, prodiguer un massage cardiaque pour protéger le cœur et envoyer un choc électrique. Bref, chaque minute perdue diminue l’espérance de survie de 10%, la survie se jouant durant les 10 premières minutes. Or, les délais d’intervention des sapeurs-pompiers ou du SMUR sont en moyenne de l’ordre d’une quinzaine de minutes. Parfois moins, mais parfois plus aussi dans certains lieux éloignés des agglomérations. D’où l’importance de mobiliser des citoyens.

Au-delà de cette application, ce constat rappelle l’importance que le plus grand nombre de Français possible se forment aux premiers secours pour pouvoir intervenir en cas de crise cardiaque.

L’application « Sauv’Life » permet au SAMU (15), lorsqu’il est sollicité pour un arrêt cardiaque, d’engager automatiquement par géolocalisation, une alerte sur le smartphone des citoyens sauveteurs d’un secteur donné. Ces derniers acceptent ou non l’appel, selon leur disponibilité du moment.

SAUV LIFE 7

De même, si le citoyen est témoin d’un malaise cardiaque, il peut intervenir et aussi prévenir le SAMU via l’application.

Généralement, suivant l’endroit, 3 ou 4 personnes se rendent sur les lieux, l’équipe du SAMU guide les intervenants dans la répartition des tâches, notamment dans la recherche d’un défibrillateur, et des gestes à accomplir. Il faut bien comprendre qu’un massage cardiaque, même imparfait, sera toujours mieux que pas de massage du tout.

Sauv life 2

« Sauv’Life » a été justement conçue pour utilement combler la dizaine de minutes au-delà de laquelle la réactivation du cœur devient difficile, ou bien que les risques de séquelles deviennent très importants.

Aujourd’hui de plus en plus de citoyens téléchargent l’application « Sauv’Life » et beaucoup d’entres eux souhaitent suivre une formation au 1er secours. En France, de nombreux départements se sont lancés dans le développement de cette application et pour information dans les Pays de Loire, 26% des cœurs en arrêt cardiaque ont repris, contre 4% auparavant.

Cette application est GRATUITE pour tous les smartphones, quel que soit le système d’exploitation (Androïd, iOs, Blackberry, etc…)

SAUV LIFE 5j    SAUV LIFE 6

La culture du risque, fil rouge de FIRE-CONSULTING, est en marche et on ne peut que se réjouir de l’existence de cette application, que je vous conseille vivement de télécharger.

Bruno

BOULE EXTINCTRICE « ELIDE FIRE »

ELIDE FIRE

la manière la plus simple, la plus rapide pour éteindre un feu.

La boule extinctrice « ELIDE FIRE », est basée sur une technologie révolutionnaire qui fournit des solutions bien plus avancées que les extincteurs portatifs. Les limitations et problèmes liés aux méthodes conventionnelles d’extinction (maintenance, formation, etc…) sont à l’origine de son développement. Elle est simple d’utilisation et fournit une protection permanente étant donné qu’elle s’auto-active en présence d’une flamme, sans intervention humaine.

61RbS2jiO0L._AC_SX466_

La boule ELIDE FIRE est certifiée pour un usage dans la communauté Européenne. La durée de performance de la boule est de 5 ans. Aucune mesure de formation n’est nécessaire pour son utilisation, elle ne s’active qu’en présence d’un feu. Respectueuse de l’environnement, et non dangereuse pour l’homme.

UTILISATION

En seulement 3 à 10 secondes après un contact avec la flamme, le détonateur situé à l’intérieur de la sphère active la mèche sur sa surface externe. Une explosion immédiate est provoquée et la poudre d’extinction se disperse sur sur une zone de 8 à 10 m², ce qui équivaut à un extincteur standard de 2,5Kg. La force extérieure de l’explosion pousse alors l’oxygène en dehors de la zone d’incendie, le feu s’éteint instantanément par l’action du souffle. C’est très simple d’utilisation, il suffit de lance la sphère vers le feu, elle s’active automatiquement et dispersera instantanément l’agent extincteur.

BE 1

Si un incendie se déclenche dans une pièce inoccupée, la sphère s’active en contact avec le feu émettant, en plus de son action d’extinction, un avertissement sonore par sa détonation. Par cette caractéristique, la sphère peut être placée à n’importe quel endroit présentant un risque d’incendie, comme dans votre cuisine, ou au dessus des prises de courant,  près des cheminées, près (ou dans) une armoire électrique, dans un véhicule, un bateau, etc…Tout peut être protéger.

Fire-Protection-ElideFire-3

 PROTECTION ACTIVE et PASSIVE 

Lorsqu’un incendie se déclare, il suffit de jeter la sphère vers le feu. Elle tombera naturellement au contact des flammes et s’activera en 3 ou 10 secondes. Pas de goupille ni de pièces de rechange ou de formation. La sphère mesure 152 mm de diamètre et pèse 1,3 Kg environ.

Un des avantage des plus importants de la sphère est qu’elle se déclenche automatiquement en présence d’un feu. Si elle est placée dans des zones à hauts risque d’incendie, là où la plupart des incendie se déclare, elle s’active automatiquement lorsqu’elle est au contact d’une flamme.

Précaution: La sphère doit être protégée de la pluie, et ne pas être exposée directement au rayons du soleil.

AVANTAGES

Facile à utiliser : Zéro coût de formation, pas de goupille, pas de pièces mobiles ou de parties mécaniques.

Légère et compacte : Le diamètre de la sphère et son poids la rende facile à manipuler.

Auto activation : Elle s’active même dans un espace ou une zone inoccupée. Rôle de surveillance.

Fonction d’alarme : Le son émis de 120 Db n’excède pas les valeurs limites fixées pour les agents physiques.

Sécurité des utilisateurs : Inutile de s’approcher du feu pour l’éteindre.

Pas de fausses alarmes : La sphère ne s’active qu’en présence d’un feu.

Flexible : Elle peut être posée n’importe où, sur un mur, une table, dans une armoire, etc…

Aucune maintenance : La durée de performance du produit est de 5 ans, durant lesquels aucune mesure d’inspection ou de maintenance n’est requise.

Coût de protection  avantageux : L’utilisateur bénéficie du coût de protection le plus avantageux à travers le cycle de vie du produit.

Respect de l’environnement : Ne pollue pas l’environnement. La sphère est composée d’agents extincteurs biodégradables.

Sécurisé : La force générée par l’activation de la boule n’est pas dangereuse pour l’homme.

Image de prévisualisation YouTube

CONTACT :

contact@elidefre.fr

Site officiel : www.elidefire.fr

Produit absolument innovant à tous points de vue. En sachant que la formation incendie est guère suivie dans le monde du travail, seulement ¼ des entreprises sont à jour dans leurs plans de formation sécurité, cet appareil a sans nul doute un bel avenir, en sachant que 90% des gens ne savent pas utiliser un extincteur.

Cette boule extinctrice à l’avantage d’être mis n’importe où, elle saura protéger les entreprises, les E.R.P, les véhicules et votre habitation. Je ne peux qu’encourager le développement de cet appareil dans la lutte contre l’incendie, la vidéo est sans commentaires sur l’efficacité de cette sphère.

Bruno

 

 

LES PIEGES DU REPAS DE FETE !!!

 LES PIEGES DU REPAS DE FÊTE

Image de prévisualisation YouTube

La salle de séjour est, en général, la pièce où l’on reçoit les invités. Quand les adultes sont entre eux, les enfants sont laissés sans surveillance et passent à l’action. Ils s’intéressent à tout ce qui se mange donc, attention aux risques d’étouffement par obstruction des voies respiratoires (cacahuètes, olives, ….) Gare également aux fonds de verres avalés par nos tendres chérubins…!!!!! ou jouer avec les cendriers et les mégots de cigarettes.

Image de prévisualisation YouTube

Une attention particulière doit être menée sur les installations électriques participant activement aux décorations de fin d’année. Les prises électriques surchargées chauffent, ce qui peut produire des court-circuit et présenter des risques d’électrocution avec des rallonges non raccordées laissé sans surveillance. Attention donc au surcharge des prises, aggravant le risque d’incendie et d’accident. De même, ayez une attention particulière aux guirlandes électriques du sapin en vérifiant leurs normes de conception…..

Image de prévisualisation YouTube

Par ailleurs, si la salle de séjour comporte une cheminée, il faut prendre garde à ce que personne ne se brûle: on doit protéger les alentours des projections de braise par un pare-feu. Si l’on a un insert, s’assurer qu’il est correctement installé et que les matériaux environnants ne risque pas de prendre feu (voir notion sur l’incendie) et sachez qu’une cheminée n’est pas une poubelle destinée à recevoir les emballages de papier cadeaux..!!!! Assurez-vous également que le ramonage du conduit de cheminée a bien été effectué

Image de prévisualisation YouTube

En ces périodes de fin d »année, je ne peux que vous rappelez d’acquérir des détecteurs de fumées (DAAF), obligatoire depuis….2010 !!! et pourquoi pas le commander au père Noël.??

DAAF 3    images6

En outre je vous recommande de consulter, ou de « re-consulter », les conseils prévention et divers vidéos et cas concrets évoqués dans ce blog car « ça n’arrive pas qu’aux autres..!!!! » Cependant et toutefois, au cas où je ne vous aurais pas convaincu, visionner la vidéo ci-après.

Bonne fête à toutes et à tous, mais faîtes attention quand même pour que la fête reste une fête.

Bruno

Image de prévisualisation YouTube

DEFIBRILATEUR AUTOMATIQUE EXTERNE

sifr_ps431_1_std.lang.all

Le décret du 19 décembre 2018 impose que tout établissement recevant du public (E.R.P) se dote d’un Défibrilateur Automatique Externe (D.A.E) selon les périodicités suivantes:

1° Le 1er janvier 2020 pour les ERP de catégories 1 à 3 ;

Le 1er janvier 2021 pour les ERP de catégorie 4 ;

Le 1er janvier 2022 pour les ERP de catégorie 5.

Ainsi a été créé un nouveau chapitre dans le Code de la Construction et de l’Habitation (C.C.H) les chapitres et articles suivants :

 » Chapitre III bis – Sécurité des personnes « 

Art. R. 123-57.-Sont soumis à l’obligation de détenir un défibrillateur automatisé externe, les établissements recevant du public qui relèvent :

« 1° Des catégories 1 à 4 mentionnées à l’article R. * 123-19 du code de la construction et de l’habitation ;

« 2° Et parmi ceux relevant de la catégorie 5 :

« a) Les structures d’accueil pour personnes âgées ;

« b) Les structures d’accueil pour personnes handicapées ;

« c) Les établissements de soins ;

« d) Les gares ;

« e) Les hôtels-restaurants d’altitude ;

« f) Les refuges de montagne ;

« g) Les établissements sportifs clos et couverts ainsi que les salles polyvalentes sportives.

B365970_1_xnl

« Art. R. 123-58.-Le défibrillateur automatisé externe est installé dans un emplacement visible du public et en permanence facile d’accès. Un arrêté conjoint du ministre chargé de la santé et du ministre chargé des collectivités territoriales en prévoit la signalétique, notamment les dispositions graphiques d’information et de localisation, les conditions d’accès permanent et les modalités d’installation de nature à en assurer la protection.

« Art. R. 123-59.-Lorsque plusieurs établissements recevant du public, mentionnés à l’article R. 123-57 du code de la construction et de l’habitation, sont situés soit sur un même site géographique soit sont placés sous une direction commune au sens de l’article R. * 123-21 du même code, le défibrillateur automatisé externe peut être mis en commun.

« Art. R. 123-60.-Le propriétaire du défibrillateur veille à la mise en œuvre de la maintenance du défibrillateur et de ses accessoires et des contrôles de qualité prévus pour les dispositifs médicaux qu’il exploite. La maintenance est réalisée soit par le fabricant ou sous sa responsabilité, soit par un fournisseur de tierce maintenance, soit, si le propriétaire n’est pas l’exploitant, par l’exploitant lui-même conformément aux dispositions de l’article R. 5212-25 du code de la santé publique. »

Cet appareil est très facile d’utilisation comme le montre cette petite vidéo

Image de prévisualisation YouTube

Alors n’attendez pas qu’il soit trop tard, cet appareil peut sauver des vies et cela a été démontré plusieurs fois. En outre, les commissions de sécurité ne manqueront pas de vérifier le bon respect des dispositions de ce décret.

Bruno

Monoxyde de carbone, attention danger

MONOXYDE de CARBONE (CO2)

ATTENTION DANGER !!

A la maison un réflexe en plus c’est un risque en moins !

poisoning

En France, ce sont 6000 personnes qui sont été victimes du gaz toxique. Parmi elles, 2 295 ont été prises en charge par les urgences. Les données disponibles l’année 2017 ont été moins préoccupantes en raison des températures relativement clémentes depuis le début de la saison froide. L’intoxication par monoxyde de carbone est la cause de près 300 décès.

Pourquoi est-ce dangereux ?

C’est un gaz invisible, inodore, toxique et mortel, il est émis suite à une combustion dans des conditions d’apport insuffisant en oxygène.

  • Le monoxyde de carbone est un gaz indétectable. Il est le résultat d’une mauvaise combustion, quelle que soit la source d’énergie : bois, gaz (naturel, butane, ou pétrole liquéfié), charbon, essence..
  • Il agit comme un gaz asphyxiant très toxique prenant la place de l’oxygène dans le sang. Il  peut s’avérer mortel en moins d’une heure.

 

48699723

 Il provoque 2 types d’intoxication :

  • L’intoxication faible ou chronique : elle se manifeste par des maux de tête, des nausées et de la fatigue. Elle est lente.
  • L’intoxication grave : plus rapide, elle entraîne des vertiges, des troubles du comportement, une paralysie musculaire, une perte de connaissance, le coma ou le décès.

Ces intoxications peuvent laisser des séquelles à vie.

-

Quelles sont les causes du danger du monoxyde de carbone ?

Une mauvaise combustion et une mauvaise aération.

  • Les appareils de chauffage ou de production d’eau chaude mal entretenus.
    • Si vos appareils ne sont pas correctement entretenus, les combustibles y brûleront mal, ce qui risque de provoquer une émission de monoxyde de carbone.
  • Une mauvaise aération du logement
    • Une flamme a besoin d’air pour brûler. Si l’air de votre logement n’est pas suffisamment renouvelé, la combustion au sein de vos appareils sera incomplète et émettra du monoxyde de carbone.
  • Les fumées mal évacuées
    • Un conduit d’évacuation bouché ou obstrué ne permet pas aux gaz issus de la combustion de s’évacuer.

56_i3AKj_gf

Le non respect des consignes d’utilisation des appareils à combustion peut conduire à des risques d’intoxication au monoxyde de carbone.

Comment éviter les intoxications au monoxyde de carbone ?

Avec de la vigilance et des gestes simples.

  • Faites vérifier chaque année vos installations par un professionnel :
    • chaudières
    • chauffe-eau et chauffe-bains
    • cheminée, inserts et poêles
    • conduits d’aération
  • Aérez votre logement même en hiver et ne bouchez jamais les entrées d’air.
  • Faites effectuer un ramonage mécanique de vos conduits et cheminées au moins une fois par an.

czt9vclxeaqbktv_1

N’utilisez pas pour vous chauffer :

  • des chauffages d’appoint en continu ; il ne sont pas raccordés à l’extérieur et doivent être utilisés dans des pièces ventilées.
  • des appareils non destinés à cet usage (réchauds de camping, panneaux radiants, fours, braseros…)

N’utilisez pas en intérieur un groupe électrogène.

Equiper vous d’un détecteur de monoxyde de carbone.

detecteur-de-monoxyde-de-carbone-kidde-k746-1-an

Que faire si vous soupçonnez une intoxication au monoxyde de carbone ?

  • Aérer (voir article « vivez d’air pur » archive novembre 2012)
  • Evacuez les lieux
  • Appelez les secours (voir article « numéros utiles » archives novembre 2010)

Si vous avez des maux de têtes, des nausées, des vomissements… pensez au monoxyde de carbone.

En cas de suspicion :

  • Aérez immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres
  • Arrêtez vos appareils à combustion si possible
  • Evacuez les locaux et bâtiments
  • Appelez les secours :Ne réintégrez pas les lieux avant d’avoir reçu l’avis d’un professionnel.
    • Numéro unique d’urgence européen 112
    • Les sapeurs pompiers 18
    • ou le SAMU 15

Il faut être encore plus vigilant lors d’intempéries exceptionnelles, de grands froids ou de périodes de redoux, car les appareils sont davantage sollicités et leur fonctionnement peut être perturbé.

Pour plus ‘information, vous pouvez contacter

  • Le centre anti poison relevant de votre région
  • Un professionnel qualifié (plombier, chauffagiste, ramoneur…)
  • La Direction départementale des affaires sanitaires et sociales de votre département.
  • Le Service Communal d’Hygiène et de Santé de votre mairie.

Consultez les sites :

  • http://www.sante.gouv.fr
  • http://www.logement.gouv.fr  (dossier « Prévenir l’intoxication au monoxyde de carbone »)

Les Revêtements….

Suite à l’incendie du « CUBA CLUB » à Rouen, il y a beaucoup d’interrogations sur la propagation extrêmement rapide du feu. Comment cela se fait-il ??

LES AMENAGEMENTS INTERIEURS :

L’incendie survenu dans ce type d’établissement n’est pas une première en soi. En effet d’autres incendies de ce genre sont déjà survenus dans des conditions similaires où l’embrasement des matériaux de « décorations » et de « revêtement » ont largement contribué à une propagation rapide du feu.

1571841122

Il faut savoir que, dans un Etablissement Recevant du Public (E.R.P), il y a lieu de respecter les dispositions relatives à ce genre de matériaux. Pour éviter le développement rapide d’un incendie, qui pourrait compromettre l’évacuation du public, les parois intérieures finies (parois y compris leurs finitions), l’agencement, le gros mobilier et la décoration doivent répondre à certaines conditions, en référence aux dispositions des articles AM de l’arrêté du 25 juin 1980 modifié.

Cette caractéristique de comportement au feu fait l’objet de deux classifications distinctes :

- L’une s’exprime en termes de classes et s’applique aux produits de construction dès lors qu’ils relèvent d’une famille objet d’une spécification technique harmonisée ; cette classification est donnée à l’annexe 1 de l’arrêté du 21 novembre 2002 modifié relatif à la réaction au feu des produits de construction et d’aménagement et fait l’objet de la norme NF EN 13501-1 (9 / 2007) ;

- L’autre s’exprime en termes de catégories ; elle s’applique aux matériaux d’aménagement, de décoration et à ceux qui constituent le gros mobilier ; cette classification est donnée à l’annexe 2 de l’arrêté précité et fait l’objet de la norme NF P 92-507 (2 / 2004).

Lorsqu’il n’existe pas de spécification technique harmonisée applicable à une famille donnée de produits de construction, la performance de réaction au feu des produits de cette famille peut être établie selon l’une ou l’autre des classifications précitées.

En clair, les matériaux utilisés pour garnir le sol, les murs et les plafonds doivent avoir un « degré » de réaction au feu qui limitera de façon non négligeable, la propagation d’un incendie. (Voir également article « Maison en bois danger ? » archive juillet 20012)

Pour faire simple, les critères de réaction au feu sont classés en 5 catégories qui sont M0, M1, M2, M3 et M4, associés aux équivalences Européennes en terme de A1, A2, B, C, D, E, appelées « Euro classes »

Ces critères définissent les matériaux « facilement inflammable (M4), moyennement inflammable (M3), difficilement inflammable (M2), ininflammable et incombustible (M1 et M0)

euroclasses

Dans la pratique, les revêtements de sols seront de catégorie M4, les murs de catégorie M2, les plafonds de catégorie M0 ou M1 et les éléments de décoration de catégorie M3.

local

Dans le cas de l’établissement de Rouen, il semble que les éléments muraux et de plafonds étaient constitués de polystyrène et de carton, correspondant à une classification M4 ce qui expliquerait, en partie, cette propagation fulgurante.

Il faut savoir que cet établissement recevait moins de 200 personnes en simultané et était donc classé dans les E.R.P de 5ème catégorie, dit « petit établissement ». Il relevait donc de l’arrêté du 22 juin 1990 modifié qui, dans son article PE 13 relatif aux aménagements intérieurs, reprend les dispositions des articles AM  de l’arrêté du 25 juin 1980 précité.

VERIFICATION :

Compte tenu du classement en 5ème catégorie, cet établissement n’était pas soumis aux visites de sécurité avant ouverture ni périodique faites par la commission de sécurité, sauf si le Maire en fait la demande, conformément au décret du 8 mars 1995 modifié relatif au fonctionnement des commissions de sécurité (voir l’article sur ce sujet, « les commissions de sécurité, comment ça marche ? » archive de janvier 2011)

Néanmoins l’exploitant est tenu de respecter les dispositions du règlement de sécurité incendie en référence à l’article R.123-43 du Code de la Construction et de l’Habitation qui précise :

« Les constructeurs, installateurs et exploitants sont tenus, chacun en ce qui le concerne, de s’assurer que les installations ou équipements sont établis, maintenus et entretenus en conformité avec les dispositions de la présente réglementation. A cet effet, ils font respectivement procéder pendant la construction et périodiquement en cours d’exploitation aux vérifications nécessaires par les organismes ou personnes agréés dans les conditions fixées par arrêté du ministre de l’intérieur »

PROPAGATION :

Il faut savoir que lors d’un incendie se ne sont pas les flammes le plus dangereux mais les fumées. En effet, arrivées à une certaine température celles-ci s’enflamment de façon extrêmement rapide, c’est ce que l’on appelle l’embrasement généralisé ou « FLASH OVER » la vidéo ci-dessous est explicite. « Voir plus de vidéos similaires sur l’article « vidéos et cas concrets archive du 10/2010)

Conclusion :

Oui il est vrai que l’exploitant a une grosse part de responsabilité dans ce drame qui a couté la vie à 13 personnes, mais la méconnaissance de la réglementation sur la sécurité incendie dans les E.R.P est souvent constatée au sein des exploitants et responsables d’établissements recevant du public.

Pour ma part je pense que pour combler cette lacune, mainte fois constatée, les pouvoirs publics devraient mener une prévention adaptée et constructive dans ce domaine.

La participation, par exemple, des SDIS à des réunions ou des assemblées générales des syndicats hôteliers et restaurateurs me semblerait aller dans ce sens. Certes ce ne sera pas une réussite à 100%, car le risque zéro n’existe pas, mais cela aurait au moins le mérite d’exister.

Bruno

Réseau Sécurité Incendie, communiqué de presse

Logosecuriteincendie

Paris le 14 mars 2016

communiqué de Presse

info-607x195

En France, un nouvel incendie est déclaré toutes les deux minutes, provoquant régulièrement des dégâts inestimables. Que ce soit dû à des appareils électriques vétustes, une cigarette ou une bougie, le départ de feu peut se déclencher rapidement et se propager en seulement quelques secondes.

La cause première : le manque de vigilance

Le manque d’attention est, généralement, l’origine de ces incendies domestique qui touchent un français sur trois. Ainsi, vous trouverez dans cette infographie 10 risques récurrents d’incendie parfois anodins, parfois sous-estimés ou parfois causasses, mais pourtant bien réels et dangereux.

Les risques de déclencher un incendie sont nombreux au sein d’une habitation : barbecue, cuisinière, cigarettes, bougies ou encore sapin de noël. Alors que la plupart de ces risques sont connus, ils n’en restent pas moins les principales causes d’incendie.

Pourquoi ? Tout simplement à cause du manque d’attention, qui peut conduire à une situation incontrôlable en quelques secondes seulement.

A travers cette infographie, le Réseau Sécurité Incendie a voulu rappeler 10 risques d’incendie domestique récurrents et trop souvent négligés par les particuliers dans le but de prévenir et anticiper tout risque d’incendie au sein des habitations.

Voir l’infographie :

Lien vers l’article :

http://www.securiteincendie.fr/10-risques-dincendie-domestique-a-connaitre/

Lien direct vers l’infographie : L’infographie

http://www.securiteincendie.fr/wp-content/uploads/2016/03/Infographie-10-risques-dincendie-domestique-768×4080.jpg

Pour aller plus loin

En France, un incendie est déclaré toutes les deux minutes. Pourtant, nombre d’entre eux pourraient être évités en adoptant quelques réflexes simples.

Les incendies domestiques en chiffres

Un français sur 3 se retrouve confronté à un incendie au cours de sa vie. S’il intervient rapidement, un verre d’eau devrait lui suffire pour éteindre un incendie au cours de la première minute. En revanche, 3 minutes plus tard, l’équivalent d’une citerne d’eau est nécessaire pour éteindre un feu.

Etre conscient de la difficulté d’éteindre un incendie, ainsi que de leur fréquence est un premier pas vers sa propre sécurité.

10 causes d’incendie domestique

La seconde partie de l’infographie met en lumière 10 risques d’incendie récurrents.

Certains de ces risques peuvent paraître anodins (comme cuisiner dans un moment de fatigue), d’autres causasses (le sapin de noël s’embrasant), ou évidents (qui n’a pas dit à ses enfants de ne pas jouer avec un briquet ou une allumette) mais ils sont pourtant bien réels et dangereux.

Infographie-10-risques-dincendie-domestique-768x4080

À propos du Réseau Sécurité Incendie

Depuis 35 ans, le Réseau Sécurité Incendie propose ses produits et services de protection et lutte contre les incendies. De l’installation, au suivi et à la maintenance des équipements de lutte contre l’incendie en passant par la formation, le Réseau Sécurité Incendie s’efforce de trouver les solutions les plus adaptés en matière de sécurité incendie pour protéger les personnes et vos biens.

 Réseau Sécurité Incendie / Facebook / Twitter

Contact presse : securiteincendie21@gmail.com

Communiqué de presse bien sympathique qui rappelle très bien les règles de bases permettant de prévenir l’incendie domestique. Maintes fois rappelé dans ce blog ce communiqué s’inscrit pleinement dans l’esprit de « la prévention pour tous » développé au sein de ce blog. Enfin une dernière chose je vous rappelle que le détecteur de fumée (DAAF) est obligatoire depuis le 1er janvier de cette année….

Bonne lecture

Bruno

Avoir le Bon réflexe peut…..

  AVOIR LE BON REFLEXE PEUT SAUVER UNE VIE

(Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers de France)

Les sources d’accidents se multiplient et chacun d’entre nous peut se trouver confronté à une situation qui nécessite une intervention rapide. En respectant quelques principes de base, nous pouvons TOUS devenir le 1er  maillon d’une chaîne de secours nécessaire pour sauver des vies. Pour être acteur et responsable de notre sécurité mais aussi de celles des autres, 3 actions réflexes sont à adopter.

PROTEGER – ALERTER – SECOURIR

Voici quelques conseils faciles à mettre en œuvre, sélectionnés à partir des situations les plus couramment rencontrées par les sapeurs-pompiers. Volontairement ont été écartés les cas les plus difficiles qui requièrent une formation.

Toutefois, pour ne jamais avoir à se dire : « j’aurais voulu être utile, mais je n’ai pas su quoi faire » Il est vivement conseiller de s’engager à aller plus loin dans cette ambition citoyenne et à suivre une formation « prévention et secours civiques de niveau 1 » (PSC1)

L’apprentissage des gestes de 1er secours nécessite l’accompagnement d’un moniteur de secourisme. Il se déroule sur une dizaine d’heures au cours de laquelle vous acquerrez les bons gestes pour intervenir efficacement (Voir archives Janvier 2013 et Février 2013) (et aussi www.pompiers.fr)

Cette formation vous permettra ainsi de venir en aide à toute victime et pourra peut-être sauver un proche, un ami …. PENSEZ-Y !!!!

PAS

VOUS ETES TEMOIN D’UN ACCIDENT DE LA CIRCULATION

Votre 1ère action : PROTEGER

POURQUOI ?

Pour éviter un sur-accident : pour vous-même, pour la victime ou les autres témoins afin de ne pas mettre d’autres vies en péril.

Votre approche de la zone de l’accident doit être prudente : vous devez regarder autour de vous pour évaluer la présence de dangers et vous renseigner éventuellement auprès des témoins.

CE QU’IL FAUT FAIRE

En cas d’accident de la circulation

-          Allumer vos feux de détresse dès que vous êtes en vue de l’accident ;

-          Garer votre véhicule après le lieu de l’accident, (sur la bande d’arrêt d’urgence pour les voies express, autoroutes)

-          Mettre vos passagers à l’abri sur le bas-côté ou derrière les barrières de sécurité et inviter les autres témoins à se protéger ; (à l’aide de gilet de haute visibilité obligatoire dans chaque véhicule depuis le 1er juillet 2008)

-          Lorsque cela est possible, couper le contact du ou des véhicules accidenté et serrer le(s) frein à mains ;

-          Demander aux témoins de ne pas fumer ;

-          Prévenir les autres automobilistes en balisant la zone avant et après l’accident, avec d’autres témoins éventuels en disposant des triangles de pré-signalisation à 150 ou 200 mètres de l’accident ; (triangles obligatoire dans chaque véhicule depuis le 1er juillet 2008)

-          Ne pas retirer le casque d’un motard accidenté.

Image de prévisualisation YouTube

VOUS ETES TEMOIN D’UN ACCIDENT….

 1ère Action : PROTEGER

 En cas d’électrocution :

-          Couper le courant au disjoncteur et/ou débrancher la prise avant de toucher la victime ;

-          Si vous ne pouvez pas le faire, NE TOUCHEZPAS la victime.

EL

En cas d’incendie : (plus voir archives décembre 2010)

-          Dégager la victime si votre vie ou celle d’autres témoins ne sont pas menacées, pour éviter l’asphyxie.

 DANS TOUS LES CAS, RECONFORTEZ LA VICTIME et PARLEZ LUI

VOUS ETES VICTIME OU TEMOIN D’UN ACCIDENT….

2ème Action : ALERTER

Quand alerter ?

-          Dans toute situation présentant des risque, ou lorsqu’une vie est en danger.

-          Le plus tôt possible après analyse rapide d’une situation.

Avec quoi alerter ? (plus voir archives Novembre 2010) 

-          18 : sapeurs-pompiers, pour tous les problèmes de secours durgence.

-          15 : Samu, pour des problèmes urgents de santé

-          17 : police ou gendarmerie, pour des problèmes de sécurité ou d’ordre publique.

-          112 : numéro européen d’urgence.

-          115 : Samu social, pour toute personne présentant une détresse sociale.

TOUS CES NUMEROS SONT ACCESSIBLES GRATUITEMENT

TOUS CES SERVICES SONT EN RELATION PERMANENTE

Comment préparer votre appel ?

-          Avant de téléphoner aux services de secours, vous devez observer / analyser la situation ;

-          La précision de vos informations peut sauver des vies ;

-          Les services de secours doivent avoir une image la plus précise possible de la situation grâce aux éléments que vous aurez communiqués.

Ce qu’il faut faire ?

Vous devez indiquer :

-          Le numéro de téléphone ou de la borne d’où vous appelez ;

-          La nature de l’évènement : malaise, feu, accident,……

-          Les risques éventuels : explosion, effondrement, produits chimiques, …

-          La localisation précise (ville, rue, numéro, bâtiment, étage, ….)

-          Pour les accidents de la route : le sens de circulation, le point kilométrique, le numéro de la voie rapide, les informations sur les panneaux de signalisation ;

-          Le nombre de victimes ;

-          Une appréciation de l’état de chaque victimes : elle parle, elle saigne, ….

-          Les premières mesures prises et les gestes que vous avez effectués : répondez aux questions des services de secours. Un dialogue va s’instaurer pour apprécier au mieux les besoins.

 NE RACCROCHEZ JAMAIS SANS Y AVOIR ETE INVITE

Alerte

Image de prévisualisation YouTube

3ème Action : SECOURIR

Une plaie simple c’est quoi ?

-          Une piqure.

-          Une éraflure.

-          Une coupure superficielle.

Ce qu’il faut faire :

-          Vous lavez les mains et nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon. Vous pouvez vous procurer un antiseptique en demandant conseil à votre médecin ou au pharmacien ;

-          Mettre un pansement adhésif pour protéger.

Et demander l’avis médical SI :

-          La plaie est à proximité d’un œil, ou d’un orifice naturel (bouche, oreille, nez, …)

-          Il s’agit d’une morsure ;

-          Dans les jours qui suivent, la plaie gonfle, devient chaude, rouge, douloureuse ;

-          La victime n’est pas protégée contre le tétanos ou si sa vaccination date de plus de 5 ans. 

CHAQUE FOIS QUE VOUS AVEZ UN DOUTE ? PRENEZ UN AVIS MEDICAL

Image de prévisualisation YouTube

VOUS ÊTES EN PRESENCE D’UNE PERSONNE VICTIME D’UNE MORSURE, D’UNE PICQÛRE de GUÊPE ou D’ABEILLE

En cas de morsure ou de griffure par un chien ou per un chat :

-          Nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon ;

-          Mettre un pansement adhésif ;

-          Prendre un avis médical ;

-          Faire examiner impérativement l’animal par un vétérinaire pour détecter une éventuelle présence de rage.

En cas de piqûre de guêpe ou d’abeille :

-          Appelez les secours si la victime est allergique, a été piqué plusieurs fois ou dans la bouche et si elle ne se sent pas bien ;

-          Ne pas la laisser seule en attendant les secours.

Image de prévisualisation YouTube

Une brûlure simple c’est quoi ?

-          Rougeur de la peau chez l’adulte.

-          Cloque inférieure à la moitié de la paume de la main de la victime.

 Ce qu’il faut faire :

-          Refroidir le plus tôt possible cette brûlure par ruissellement, avec de l’eau du robinet jusqu’à disparition de la douleur (pour une brûlure simple) ;

-          Surtout NE PAS PERCER la CLOQUE ;

-          Ne PAS APPLIQUER de pommade ni d’antiseptique, ni de corps gras, ni de pomme de terre ou tout autre produit ;

-          Mettre un pansement stérile.

Et demander l’avis médical SI :

-          La brûlure est profonde, d’aspect noirâtre ;

-          La brûlure présente uns cloque importante ;

-          La brûlure est localisée près du visage, des mains, des articulations ;

-          Il s’agit d’un nourrisson ou d’un enfant.

Et surtout :

-          Ne pas retirer les vêtements qui pourraient arracher la peau ;

Nota : si la brulure est d’origine chimique, retirez les vêtements qui ont été imprégnés par le produit chimique.

-          Couvrir, si besoin, d’une couverture pour éviter une hypothermie ;

-          Si la brûlure vous semble importante, ne pas hésiter à appeler les secours.

CHAQUE FOIS QUE VOUS AVEZ UN DOUTE, PRENEZ UN AVIS MEDICAL

Image de prévisualisation YouTube

VOUS ÊTES EN PRESENCE D’UNE PERSONNE VICTIME D’UN MALAISE

Si la victime est consciente (elle vous répond)

-          L’allonger, SAUF si elle adopte une autre position ;

-          La rassurer et la questionner :

  • Depuis combien de temps dure ce malaise ?
  • A-t-elle déjà présenté ce type de malaise ?
  • Suit-elle un traitement médical ?, quels médicaments prend-elle ?
  • A-t-elle été gravement malade ou hospitalisé ?

-          Prendre un avis médical.

Si la victime est inconsciente, ne répond pas aux ordres simples comme :

  • Ouvrir les yeux
  • Serrer votre main

-          Mettre la personne sur le coté ;

-          Contacter immédiatement les secours.

Image de prévisualisation YouTube

Cas particulier : Prise habituelle de médicament ou de sucre.

Pour certaines maladies, un traitement particulier doit être pris en cas de malaise.

Dans certains cas, le traitement et les doses à prendre sont connus par la victime et ont fait l’objet d’une prescription préalable du médecin.

-          Si une victime le demande, ou sur consigne du médecin du centre 15 préalablement alerté, il faut aider la personne à prendre ce traitement, en respectant les doses prescrites par son médecin.

-          De même, si une victime demande spontanément du sucre, lui en donner, de préférence en morceaux.

ATTENTION : NE JAMAIS ADMINISTRER DE MEDICAMENTS SANS AVISMEDICAL ? SAUF CAS PARTICULIERS DECRITS CI-DESSUS ; DANS TOUS LES CAS ? PARLEZ REGULIEREMENT A LA VICTIME ET LA RECONFORTER JUSQU’A L’ARRIVEE DES SECOURS.

TOUTE AGGRAVATION DES SYMTÔMES DEVRA LEUR ÊTRE SIGNALEE.

Image de prévisualisation YouTube

Voila vous savez tout, alors dans votre vie quotidienne et, avant les prochaines vacances, ayez le bon réflexe et n’oubliez pas…..ça n’arrive pas qu’aux autres. (Voir aussi archive Juin 2010 « c’est l’été »)

Bruno

Nomination Liebster Award

Nomination Liebster Award ^^

Quelle bonne surprise !

J’ai été nominé par http://toutoblog.unblog.fr/

Quelle sont les règles ?

  • Ecrire 11 choses sur soi
  • Répondre aux 11 questions posées par la personne qui t’a nominée
  • Ecrire 11 questions
  • Nominer entre 5 et 11 autres blogs
  • Les avertir qu’ils ont été nominés
  • Informer la personne qu’on a joué le jeu.

Donc… eh bien, allons-y…

11 choses sur moi

  1. Je suis super sympa mais…..faut pas me faire ch……
  2. J’ai la rancune tenace.
  3. J’adore les voyages.
  4. Je prône l’amitié avec un très grand A.
  5. Je ne supporte pas la malhonnêteté, l’hypocrisie.
  6. Je passerais mon temps sur ma bécane………..sans la pluie.
  7. J’adore la Bretagne..
  8. J’ai un gros penchant pour les vielles voitures et tout ce qui est ancien en général.
  9. J’aurais aimé vivre dans les années rock a Billy, sixties
  10. Je ne pourrais pas vivre sans musique.
  11. Si un jour je suis sur une île j’amène la saga STAR WARS, la force sera avec moi.

Réponses aux 11 questions qui m’ont été posée

  1. Qu’aimes-tu le plus ? Ma famille, ma femme et mes enfants.
  2. Que détestes-tu le plus ? La pluie.
  3. Dans quelle pays ou région aimerais-tu vivre ? Le CANADA.
  4. Quel est ton moyen de locomotion préféré ? Ma Harley Davidson.
  5. Quel est ton animal préféré ? Le chien.
  6. Où se trouve ton smartphone la nuit ? Dans la placard.
  7. Es-tu plutôt livre papier ou ebook ? Livre papier.
  8. Qu’est-ce qui te fait peur ? Le néant.
  9. Qu’est-ce qui te rends heureux(-se) ? Un sourire.
  10. Que représente l’internet pour toi ? Un livre ouvert.
  11. Quel est ta devise ? Sauver ou périr.

Les 11 questions que je pose aux nominés

  1. Tu gagne au loto, tu fais quoi ?
  2. Qu’est ce qui t’énerve le plus ?
  3. Crois tu qu’un jour on ira sur Mars ?
  4. Quel est ta plus grande passion ?
  5. Quel est ton plat préféré ?
  6. Tes films préférés ?
  7. Tu dois quitter ta maison au plus vite t’emmène quoi ?
  8. Le foot pour toi c’est un sport ou l’antichambre d’un casting pour le cinéma?
  9. Qu’est-ce qui te fais le plus plaisir ?
  10. Quel est ton rêve le plus fou ?
  11. Le plus beau métier ?

Blogs nominés

Eh bien, je vais choisir les premiers blogs que j’ai découverts sur notre plateforme commune et que j’ai appréciés, qu’ils décident de participer ou non à ce petit jeu, l’essentiel c’est de les faire connaître :

  1. http:/callado/.unblog.fr/
  2. http://michelehardenne.unblog.fr/
  3. http://dann66.unblog.fr/
  4. http:/krikrimapuce/.unblog.fr/
  5. http://aides.unblog.fr/
  6. http://guatclement.unblog.fr/
  7. http://onsbouge.unblog.fr/
  8. http://locationvalmorel.unblog.fr/
  9. http:/cotentinghislaine/.unblog.fr/
  10. http://ellessaie.unblog.fr/arts-anes/
  11. http://lessenceduvoyageur.unblog.fr/

Je les préviens le plus vite possible (aujourd’hui ou demain.)

Le Comportement Humain face à l’Incendie

Bonjour, petite analyse sur le comportement que nous avons face à un événement qui sort de l’ordinaire…..

Bien souvent le comportement de chaque individu a une influence non négligeable sur ses réactions qui parfois s’avèrent dramatiques par le choix ou la décision prise……….trop tard ou trop tôt.

Alors il est important de savoir pratiquer « l’analyse environnementale » afin de pouvoir s’extraire d’une situation critique, mais pas forcément désespérée et une Identification suivie d’une Analyse pour parvenir à une Maîtrise de la situation, doit permettre de s’en sortir sans trop de dégâts, mais voyons cela ensemble.

Au cours d’un incendie, certaines personnes décèdent parce qu’elles paniquent et d’autres pas assez. !!

Il est de coutume bien installée que, lors d’un sinistre dans un établissement, les personnes ressortent par où elles sont entrées. Ceci tout simplement parce qu’elles connaissent le cheminement menant à l’extérieur. Mais est-ce le chemin le plus court et le plus sécurisant ?? Pas sûr.

Face un sinistre « débutant » l’humanoïde bien pensant cherchera à savoir s’il doit sortir ou pas et « voir » de visu la nature de l’incident, même si des renseignements lui parviennent de source sûre : il veut « jeter un coup d’œil » et être sûr de devoir évacuer. L’humain semble programmé à faire les choses de façon personnalisée en fonction de sa réaction, du rôle qu’il joue, de son expérience, de son éducation, de sa personnalité, da sa capacité physique, de sa perception de la menace que représente l’incendie, et de la réaction des autres personnes.

Souvent la personne capte des indications initiales, tente de les confirmer ou les interprète mal.

De même quand l’incendie ou l’incident est perceptible, la personne tente d’obtenir plus d’informations, de contacter d’autres personnes et commence à se diriger vers la sortie.

Parfois, la personne tente de combattre l’incendie, agit avec d’autres personnes et s’enfuit….. (S’il est encore temps !!)

Tous cela occasionnent des pertes de temps inutiles qui ne font qu’aggraver la situation et, à l’inverse, ceux qui courent dans tous les sens à la première odeur suspecte génèrent un affolement généralisé en un point bien précis, qui est la sortie par laquelle tout le monde est entré, créant ainsi un attroupement totalement désordonné et parfois fatal (voir vidéo ci-après-Concert station club-Fatal fire at the concert-100 DCD 115 blessés)

Image de prévisualisation YouTube

Quelques exemples de comportement:

Prenons celui des courses du week-end au supermarché. En règle générale le parcours est déjà planifié et certains commenceront par ce qui est le plus encombrant, le plus lourd, le plus frais, le plus proche, etc,  pour ressortir ….par où ils sont entrés…CQFD.

Chacun a donc SON parcours et au fil des ans, le connait par cœur. Ainsi lors d’une évacuation on se dirigera en suivant SON chemin qui nous emmène « à coût sûr » à l’extérieur. Là est bien souvent l’erreur car d’autres possibilités s’offrent à nous mais nous ne les voyons pas, mieux, nous les ignorons.

Autre exemple de comportement : Vous êtes invités à dîner chez un ami et vous connaissez parfaitement le parcours pour vous y rendre, mais un panneau indique une déviation. Qui n’a pas essayé de contourner le panneau pour « jeter un coup d’œil » pour constater si la déviation est bien justifiée ?? Là encore nous voulons être sûrs, on VEUT voir.

Maintenant imaginez la même scène mais cette fois avec un gendarme en faction à la place du panneau. On ne se pose pas de question on suit les directives du gendarme en faction, on VOIT à qui on a à faire.

1 situation identique sans le moindre facteur de gravité mais 2 réactions différentes. Je vous laisse imaginer les réactions en cas d’incendie.

Dernier exemple, l’alarme incendie se déclenche dans un établissement. Qui sait interpréter ce signal qui traduit une évacuation générale et immédiate ??

La majorité des personnes présentes va continuer son  activité sans se soucier de quoi que ce soit et rare vont être ceux qui vont se diriger vers l’extérieur dès que retentit l’alarme. Il en est de même lors d’un exercice d’évacuation, certaines personnes vont absolument vouloir terminer ce qu’elles ont commencé ou emporter « quelque chose » (sac, téléphone, pc, vêtement,….) avant de sortir et, généralement, les portes seront laissées ouvertes en quittant les lieux, favorisant ainsi la propagation d’un éventuel incendie.

En cas de sinistre « le temps d’alarme augmenté du temps d’évacuation doit être inférieur, pour chaque occupant, au délai de sécurité (ou délai de survie) au bout duquel le séjour dans les lieux sinistrés entraîne des lésions puis la mort »

La phase d’évacuation s’effectue en 3 temps :

1er temps : L’alarme, qui est la durée qui s’écoule entre le début du sinistre et le moment où les occupants comprennent la situation.

2ème temps : La réaction, qui est déterminée par l’aptitude des occupants à prendre des décisions, des caractéristiques de l’incendie (vitesse de propagation des flammes et des fumées)

3ème temps : L’évacuation, qui dépend de la conception des dégagements de secours et de la façon dont les gens agissent en fonction de la situation.

En matière de sécurité incendie et de panique, il convient donc de se « familiariser » avec les lieux dans lesquels nous sommes et de savoir identifier les signaux d’alerte et d’alarme afin de les interpréter à bon escient.

En somme, lorsque vous aller à l’hôtel, dans un magasin, un cinéma, une discothèque, un immeuble, etc … prenez le temps d’observer les lieux. Repérer les sorties de secours les plus proches, le balisage des dégagements (éclairage de sécurité), les extincteurs, les consignes de sécurité, etc … bref, identifier tous les moyens et dispositifs mis à votre disposition pour assurer votre sécurité, ….au cas où.

Concernant les sorties de secours, tous les établissements recevant du public possèdent un nombre suffisant de dégagements en rapport à l’effectif susceptible d’y être reçu. Il n’est donc pas nécessaire de se ruer vers la sortie par laquelle nous sommes rentrés en cas d’évacuation mais d’utiliser les sorties de secours ou les escaliers, judicieusement répartis, permettant une évacuation rapide et sûre de l’établissement. Leur présence est balisée par un pictogramme blanc sur fond vert éclairé sur lequel sont représentés une silhouette et une flèche.

Le Comportement Humain face à l'Incendie dans LA PREVENTION e.c-14

 

 

 

 

 

 

 

 

Il importe donc de se familiariser avec notre environnement afin de réagir, non pas de façon rapide, mais de façon efficace et sûre. En clair, ne pas confondre vitesse et précipitation car un bon balisage des dégagements, destiné à faciliter l’évacuation ne garantit pas pour autant la sécurité des occupants en cas de sinistre si l’on a une méconnaissance de base des aspects de sécurité. La technique ne fait pas tout….

En ce sens, des exercices d’incendie sont nécessaires pour assurer une évacuation ordonnée. Ils sont indispensables dans l’ensemble des établissements qu’ils soient publics ou privés. D’ailleurs ces exercices sont prévus par le code du travail (1 à 2 fois /an) mais sont rarement respectés.

Pourtant si les textes et règlements étaient rigoureusement respectés, chaque individu serait en mesure d’assurer la fonction de « personne désignée » bien souvent citée dans le cadre d’organisation de festivals, de réunions, de rassemblements, de fêtes communales ou de manifestations diverses organisées au sein d’associations et servirait également……..dans le domaine de l’habitation.

En dernier exemple, pour confirmer que la connaissance et la maîtrise de son environnement peut être salvatrice. Lorsqu’une panne de courant plonge notre domicile dans l’obscurité, ou lors d’une levée nocturne pour satisfaire un besoin pressant, on se débrouille très bien pour se diriger dans la pénombre….sans lumière !!! Alors pourquoi panique-t-on dans un environnement sinistré et doté d’un éclairage de sécurité,…….voir même en plein air ? (voir vidéo ci-après- Feu stade Angleterre – Bradford 1985 feu au stadium club-56 morts)

Image de prévisualisation YouTube

Voilà donc un « petit et très court » exposé sur le comportement humain face à l’incendie, ou autres situations d’urgence, mais dorénavant, après l’avoir lu et vu les vidéos, je suis certain que vous ne vous ne vous déplacerez plus comme avant.

Soyez observateurs, apprenez à lire et repérez les moyens de secours, Identifiez, Analysez pour mieux Maîtrisez les situations d’urgences (I.A.M)

Bref, développez votre culture du risque à la façon d’un « Indiana Jones » partant à la découverte de la sécurité……avec le chapeau et le fouet si vous voulez, ça rendra les courses moins monotones pour certains.

Bruno

PS: En complément n’hésitez pas à visionner les vidéos sur le sujet dont celles d’archive de octobre 2010.

Le Défibrillateur

La culture du risque est en marche..!!!!

Un arrêté du 16 juillet 2010 organise l’initiation du grand public à la prise en charge de l’arrêt cardiaque et à l’utilisation de défibrillateur automatisés  externes. Cette initiation s’inscrit dans le cadre de la « sensibilisation de la population aux gestes de premiers secours » défini par l’Observatoire National de Secourisme.

En France, l’arrêt cardiaque représente près de 200 décès par jour (40 000 à 60 000 par an). Il nous menace tous, à tout âge, à tout moment, n’importe où et souvent sans alerte préalable. Le délai entre le moment où la victime s’effondre et celui où elle reçoit le premier choc est décisif: il faut savoir agir dans les 2 à 3 minutes. Après 10 minutes, les chances de survie sont quasiment nulles.

1 minute perdue = 10% de chance de survie en moins.!!

L’intérêt de disposer d’un défibrillateur à proximité est reconnu par les plus grandes instances: « Le taux de survie après un arrêt cardiaque est estimé à seulement 2 ou 4% en France contre 20 à 50% aux Etats-Unis ou dans les pays anglo-saxons où le défibrillateur automatisé externe est à disposition du grand public. Publié au journal officiel de la République Française du 4 août 2011, l’arrêté dont le directeur de la sécurité civile est chargé de l’exécution, précise:

Art.1er; Dans le cadre de la sensibilisation de la population aux gestes de premiers secours, il est mis en place une initiation à la prise en charge d’une victime qui présente un arrêt cardiaque et à l’utilisation d’un défibrillateur externe.

Art.2; Cette initiation a pour objet l’acquisition par la population des connaissances nécessaires à

  •  Identifier les signes permettant de reconnaître un arrêt cardiaque,
  • Réaliser, auprès d’une victime d’un arrêt cardiaque, les gestes permettant d’augmenter ses chances de survie.

Art.3; Cette initiation, non obligatoire, est dispensée sur une durée maximale d’une heure dans les conditions suivantes:

  • Groupe de 10 à 12 personnes par formateur, si la démonstration est effectuée par le formateur sur un moyen de simulation,
  • Groupe de 50 personnes par formateur, si la séance est réalisée au moyen d’un dispositif individuel d’initiation, associé à un support multimédia.

Art.4; Cette initiation est dispensée par les formateurs en premiers secours des organismes habilités ou des associations agréés à l’enseignement de secourisme ou par les formateurs S.S.T.

Art.5; Cette initiation ne donne lieu à aucune délivrance de diplôme ou d’attestation.

Vidéo démontrant le fonctionnement du défibrillateur.

Image de prévisualisation YouTube

Pour info, il y a eu  la diffusion d’un spot T.V sur l’utilité du défibrillateur en lieux public. Ce spot montre que la France tente de rattraper son retard dans le domaine de la prévention (il n’est jamais trop tard).

Visionnage ci-dessous du spot réalisé à cet effet pour ceux qui ne l’aurait pas vu………..ça peut vous servir un jour.

Bruno

Image de prévisualisation YouTube

La vidéo suivante démontre l’efficacité du défibrillateur. Intervention lors d’une  situation réelle…….je précise.

Image de prévisualisation YouTube


123


regimeusedukan |
Prendre-sa-vie-en-main |
Passion : Sage-Femme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Club du rire de Dammarti...
| Pour mieux vivre ...
| balanceenderoute